Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • PRATIQUE MÉDICALE - ÉTHIQUE - DOUBLE D'UN COURRIER ENVOYÉ À L'ADECA 10 LE 30/12/2012.

    "Trop dépister les cancers nuit-il à la santé ? L'exemple des cancers du sein". Conférence-débat du Prix Prescrire 2012

     

     VIDÉO  Lors de la remise des Prix Prescrire 2012, le 4 octobre 2012, une conférence-débat s'est tenue sur le dépistage organisé des cancers du sein par mammographie. Peter Gøtzsche est venu présenter son analyse des limites de l'efficacité, modeste, de ce dépistage et des dommages, réels et fréquents, qu'il provoque.

    Spécialiste de renommée mondiale des synthèses méthodiques des données d'évaluation et directeur du Centre nordique Cochrane, Peter Gøtzsche examine depuis de nombreuses années le dossier du dépistage des cancers du sein. Il est l'auteur de l’ouvrage “Mammography screening. Truth, lies and controversy”, primé par Prescrire en 2012.

    Les limites et les effets indésirables du dépistage organisé des cancers du sein sont trop souvent passés sous silence dans les campagnes publiques d'incitation des femmes au dépistage, en France notamment. Ce qui ne leur permet pas de se déterminer en toute connaissance de cause.

    Jusqu'à présent, les controverses sur l'opportunité d'un dépistage organisé ont plus souvent opposé des convictions que des positions argumentées.

    Pour Prescrire, il est temps, en France comme ailleurs, de dépasser les querelles d'écoles et les controverses stériles, empreintes d'émotion, d'irrationnel et parfois de mauvaise foi. Pour décider de l'opportunité ou non d'un dépistage organisé des cancers du sein, il est temps de s'appuyer sur les données d'évaluation et de peser le pour et le contre avec les femmes, premières concernées, les professionnels et les "décideurs" en santé publique. Sans a priori, publiquement, en toute transparence, et sans craindre d'exposer les incertitudes qui entourent toute décision en santé.

    ©Prescrire 1er novembre 2012


    Lien vers la video. C'est un peu long, Peter Gøtzsche n'a pas un français aisé, mais c'est bien plus facile, rapide que le livre... :
    http://www.prescrire.org/fr/3/31/48181/0/NewsDetails.aspx


    Objet: "Trop dépister les cancers nuit-il à la santé ? Autour de l'exemple des cancers du sein". Conférence-débat du Prix Prescrire 2012

    Bonjour,

     

    En tant que médecin généraliste  je tiens à réagir à une vidéo que j'ai vue récemment sur le site de la revue Prescrire. 

    Je fais au départ partie des gens confiants en leurs institutions. Ainsi,  si notre "Agence nationale sanitaire et scientifique en cancérologie"  http://www.e-cancer.fr/linstitut-national-du-cancer  valide la  démarche du dépistage du cancer du sein et ne fait pas la promotion du dépistage du cancer de la prostate c'est que l'un est mieux validé que l'autre et c'est très bien comme cela.

    Je passais assez vite sur les incertitudes mises en avant par la revue Prescrire: Chaque année j'avais le sentiment de participer à un dépistage utile, un certain nombre de mes patientes "tirant bénéfice" me semblait-il de ce dépistage. 

    Sauf que cette fois j'ai écouté attentivement jusqu'au bout l'intégralité de l'intervention de Peter Gøtzsche  http://www.prescrire.org/fr/3/31/48181/0/NewsDetails.aspx . 

     J'aimerais pouvoir être sur de proposer aux patientes qui me font confiance quelque chose d'utile quand je les invite à aller se faire dépister. Aujourd'hui j'ai de sérieux doutes. J'exprime aussi mon incompréhension sur l'attitude des autorités administratives qui chapeautent cette campagne de dépistage. http://www.e-cancer.fr/toutes-les-actualites/235/7219-ethique-et-depistage-organise-du-cancer-du-sein-en-france

    Je ne vois pas comment je peux éviter de me poser la question du bien fondé de ce dépistage et vous faire part de mon embarras.

    Bien cordialement

     

    Dr Jean-Paul.mir

    Chateau de Val Seine

     10110 Bar sur Seine. 

     jean-paul.mir@wanadoo.fr